Etre un(e) enseignant(e) non titulaire en lycée

18/12/2010 23:58

 Introduction

En France, les enseignants non titulaires n'ont que deux possibilités d'emploi : être recrutés en tant que contractuels ou en tant que vacataires. Une comparaison entre ces deux statuts permet de dire que les vacataires sont plus précaires que les contractuels. Nous nous intéresserons ici à la situation des vacataires dans l'enseignement secondaire, plus particulièrement dans les lycées.

 

Vacataire : définition


Les caractéristiques de ce statut de vacataire sont les suivantes : les enseignants sont payés à l'heure effective, ils ne peuvent pas effectuer plus de 200 heures annuelles et ils ne bénéficient pas de congés payés. Cela signifie que s'ils n'assurent pas une heure de cours, ils ne sont pas rémunérés.

Un enseignant vacataire n'est pas titulaire de son poste. Jusqu'à présent le recrutement des enseignants non titulaires se faisait par le Rectorat. Aujourd'hui ce sont les chefs d'établissement qui choisissent et recrutent. Les conditions du recrutement varient selon les rectorats, les académies et les établissements. Cependant, il est souvent demandé d'avoir effectué trois ans d'études après le Bac et donc d'être titulaire d'une licence.

Alors que pour prétendre à une titularisation, il faut avoir une licence et un master (soit cinq ans d'études) et être en possession d'un concours (CAPES ou Agrégation).

A la différence d’un vacataire, un contractuel n'a pas de limite d'heures annuelles et possède un CDD (Contrat à Durée Déterminée) d'un an à temps plein ou à temps partiel. D'où une précarité moins importante qu'un vacataire. Car un vacataire exerce souvent un autre emploi qui lui permet de subvenir à ses besoins financiers.

 

Témoignage

Intéressons-nous au cas d’une vacataire de français recrutée au lycée Vaugelas qui a bien voulu répondre à quelques questions.

 

Par qui avez-vous été recrutée ?

J’ai été recrutée par le lycée Vaugelas. Plus directement par le proviseur adjoint avec qui j’ai passé un entretien.

Pouvez-vous préciser le nom de votre emploi ?

L’intitulé de mon emploi est : « agent vacataire de droit public ». L’appellation plus commune est : vacataire de français.

Avez-vous un contrat de travail et que stipule- t –il ?

J’ai effectivement un contrat d’embauche : « contrat d’embauche de vacation d’enseignement ». Il stipule que j’ai le droit d’enseigner pour un maximum de 200 heures de vacations pour l’année scolaire. Il stipule également que j’assure mes fonctions dans la discipline d’enseignement de Lettres Modernes. Mon nombre d’heures a été défini avec l’établissement selon ses besoins et il est également précisé (5,50h par semaine pendant 36 semaines). Enfin, il est stipulé que ma rémunération sera « liquidée » exclusivement après service fait. Par conséquent, je ne suis pas rémunérée pendant les vacances scolaires.

Avez-vous un autre emploi que celui-ci ?

Je travaille en même temps dans une maison d’éditions en tant que rédactrice.

Pourquoi avez-vous choisi cet emploi ?

J’ai choisi cet emploi de vacataire pour des raisons financières d’une part et parce que j’aime enseigner et être auprès des jeunes d’autre part.

Envisagez-vous de préparer les concours pour devenir enseignante titulaire ?

Je n’envisage pas de préparer les concours pour le moment car je n’ai pas encore défini la carrière que je compte privilégier par la suite. Cette expérience me permettra sûrement d’avancer dans mes projets professionnels et de me faire une idée plus précise.

 

Vacataire, peut-on véritablement parler d’un travail ?

 

D’un point de vue administratif, vacataire est un emploi régulé par un contrat et rémunéré. Mais d’un point de vue social et « humain », la situation de vacataire est trop précaire et ne devrait pas exister. Il n’est pas normal que des jeunes gens qui entrent dans la vie active aient besoin d’effectuer deux métiers pour vivre, ou même qu’un enseignant soit contraint d’effectuer seulement 200 heures par an et soit rémunéré à l’heure effectuée. 

Les enseignants non titulaires dans les lycées sont de plus en plus nombreux. Cette augmentation est due aux nombreuses suppressions de postes. En effet, entre 2007 et 2010, le gouvernement a supprimé 49 400 postes d'enseignants.

 

http://www.lemonde.fr/societe/article_interactif/2010/03/09/j-en-suis-a-mon-26e-cdd-dans-l-education-nationale_1316821_3224_1.html

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006067167&dateTexte=20090109

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006065701&dateTexte=20090109

Manon Maigron 2nd 5

Précédent

Rechercher dans le site

© 2010 Tous droits réservés.